•  

     

     

                                                           

     

     

                                                              

                                                   

                                                                     

                                    

                                                                                              CARTIER PLACE VENDÔME PARIS

     

                                                                                                             VISITÉE EN 19             

                           

                                                               

     

    LOUIS CARTIER  PETIT-FILS DE LOUIS-FRANÇOIS CARTIER

    Portrait de LOUIS CARTIER, petit-fils de Louis-François qui, en 1847, fonda à Paris la prestigieuse joaillerie. Les créations Cartier sont célèbres à travers le monde depuis plus d'un siècle. Louis- François Cartier naît en 1818, le lieu de naissance reste inconnu, et l'on pense que Pierre son père décorateur de moules à fusil, lui enseigna l'art de la gravure. On sait avec certitude qu'à l'âge de vingt-neuf ans il relève l'atelier de joaillerie d'Adolphe Picard au 31 rue Montorgueil à Paris, où il travaille pour le compte de joailleries qui fournissent la riche clientèle parisienne. Nous sommes en 1847 et Louis- François est un excellent orfèvre. Six ans plus tard ayant acquis la confiance de la grande bourgeoisie, il décide d'abandonner son atelier pour s'installer au 5 rue Neuve-des-Petits-Champs. Au rez-de-chaussée de la boutique se trouve le salon de réception et de vente et au premier étage l'atelier où le jeune orfèvre crée bagues, colliers, bracelets et châtelaines, ces fameux entre-lacs de chaînes en or que les élégantes du Second Empire portent à leur corsage garnis de clefs, de dés à coudre, de minuscules lunettes, tout ce qu'elles ne mettent pas dans leurs réticules.

                                                                                     Cartier neuve

                                                                                                   5,  NEUVE-DES-PETITS-CHAMPS

                                                                             

    Les affaires sont excellentes, mais Cartier s'aperçoit vite que, sans la protection d'un grand commenditaire, il ne deviendra jamais célèbre. Il compte toutefois parmi ses meilleures clientes la princesse Mathilde, cousine de l'Empereur Napoléon III, pour laquelle il crée de splendides bijoux qu'il lui cède pour des sommes dérisoires, lorsqu'il ne lui en fait pas cadeau. En échange, la princesse les porte à la cour et, bientôt, l'impératrice Eugénie émet le souhait de posséder elle aussi des bijoux signés Cartier. Le joaillier s'entend alors avec Worth, le couturier anglo-français le plus en vogue du Second Empire, tant à Paris qu'à Londres, et ce dernier assure la renommée de Cartier auprès de sa propre clientèle, à laquelle il ne manque jamais de suggérer : " Ce serait tellement élégant rehaussé d'un bijou Cartier ".

    Le joaillier signe désormais toutes les parures les plus somptueuses qui s'exhibent à la cour et à l'occasion des grands bals parisiens : en 1870 Cartier est le joaillier le plus couru de la capitale. Mais il est prévoyant et entend assurer à sa famille le meilleur avenir : dès 1874, Louis- François-Alfred est associé aux affaires de son père et, quinze ans plus tard, en 1889, c'est au tour du fils de ce dernier, Louis de participer au commerce familial. En 1899, Louis- François Cartier, alors âgé de quatre-vingt-dix ans, joue sa dernière carte : il transfère sa prestigieuse maison dans un cadre digne de son succès, au 13, rue de la Paix.

     

                       

                                                                                             13  RUE DE LA PAIX  DÉBUT DE SIÈCLE.

                                          

                   Cartier

                                                                                                             13, RUE DE LA PAIX

     

     

                          

     

    La clientèle du joaillier est désormais internationale, enrichie des reines d'Espagne, de Roumanie et de Grande-Bretagne, sans compter nombre de maharadjahs indiens, dont celui de Patiala. Ces derniers n'osent pas se présenter devant leur nouvelle impératrice sans avoir auparavant fait transformer leurs pierreries en bijoux " modernes ". Ils envoient donc à Cartier de grandes cassettes remplies des gemmes les plus rares afin que le joaillier crée pour eux autant de broches, de colliers et de garnitures à turban capables d'éblouir leur souveraine. Louis-François Cartier meurt en 1904, laissant à ses héritiers une affaire florissante dont l'avenir est assuré. Louis-Joseph petit-fils du fondateur, assure la gestion de la maison parisienne, tandis que Théodule s'installe à Londres et que Pierre-Camille gagne les Etats-Unis pour fonder à New-York une prestigieuse filiale. Les milliardaires américains qui rêvent de marier leurs filles aux plus beaux partis de la vieille Europe, deviennent rapidement les clients attitrés de la maison Cartier.

     

                                                                                       

     

     

    La célèbre broche en platine figurant une panthère - aux yeux en diamants jonquille - en pavage de diamants, campée sur un superbe saphir cabochon, a été offert par le duc de Windsor à son épouse Willis dans les années quarante.

     

     

                                                                            

     

                                                                                            DUC DE WINDSOR ET WILLIS

     

     

    L'étonnante bague marquée de l'inscription " ETERNITY " offerte par le duc de Windsor à Wallis Simpson le jour de leur mariage est de CARTIER. L'anneau a été acquis par le couturier américain Calvin Klein qui s'est inspiré de la tendre dédicace du duc pour baptiser son célèbre parfum " ETERNITY ", avant d'offrir le bijou à son épouse Kelly.

     

     

         

    Le fondateur de la Maison Cartier est Jean-François Cartier ( 1819- 1904 ). La maison fut ouverte en 1847. La marque des parfums a été déposée en 1938. La panthère est un des mythes fondateurs, indissociable de la griffe Cartier.

    Le flacon rappelle " La pendule aux 2 panthères " taillée dans un cristal de roche de 1500 carats. Il est serti en rond comme un diamant taillé à 58 facettes. 2 panthères noires l'enlacent sur un socle noir, cerclé d'or et fermé par un bouchon noir.

     

                                                                            

                                                                                                 MONTRE PANTHÈRE DE CARTIER

     

                                                 

     

     

     

     

    PANTHÈRE  CARTIER   1987

    Parfum ambré-fleuri-épicé.

    Parfum tenace. Sillage dense et voluptueux.

    Ce parfum est sorti à l'occasion du lancement de la montre PANTHÈRE CARTIER.

    Le flacon de parfum a 2 panthères stylisés.

    Le nez  :  Firmenich

     

                  

                                                                                                PANTHÈRE DE CARTIER PARFUM

     

                                                                                                                      20-02-07

     

    Ingrédients<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Notes de tête<o:p></o:p>

    tubéreuse, fleur d’oranger, rose, jasmin, mandarine, labdanum<o:p></o:p>

    Notes de coeur<o:p></o:p>

    iris, santal, vétiver, patchouli, noix, muscade, mousse de chêne.<o:p></o:p>

    Notes de fond<o:p></o:p>

    civette, musc, ambre gris, vanille, opoponax.<o:p></o:p>

     

                 Red Rose: Deepest Love and Respect

                                                                                            PANTHÈRE DE CARTIER EAU DE PARFUM

                                                                                                   Panthere_de_Cartier

     

                                                                                                          

                                          

                     

     

              Pot de roses

                                                                        

              

                                                                            POUR CELLE QUI ÉTAIT PASSIONNÉE D'ARCHITECTURE,                 

                                                                                                DE PHOTOS ET DE SENTEURS,                                     

                                                                                      JE DÉDIE CETTE PHOTO TOUTE PARFUMÉE.

     

                                            

     

     

            Cartier

                                                                                                13 RUE DE LA PAIX  PARIS                                       

                        

     

                                                                               BIENVENUE DANS LE MONDE DU
     

                                                        PARFUM SUR MESURE.

     

                                                              CARTIER

     

                                                                                                   

     

    Sans se tromper, on peut affirmer que  MATHILDE LAURENT est le " nez " la plus douée de sa génération. Eblouissantes et féminines, les parures et les pièces de joaillerie de Cartier figurent parmi les plus belles de la création actuelle. Désormais, les femmes raffinées pourront les accompagner d'un bijou olfactif. A la Boutique Cartier située au 13 rue de la Paix à Paris.

     

            

                                                                                                           MATHILDE LAURENT

                                                                                  

                                                                              RENCONTRONS  " LE NEZ "

     

                     Cartier

     

     

    Mathilde a 35 ans. Jeune elle voulait devenir architecte comme son père. Son  " maître à penser " c'est le Corbusier pour l'harmonie de ses oeuvres. La photo et la lecture sont ses autres passions. Les odeurs et les parfums accompagnent Mathilde depuis l'enfance. Elle aime se souvenir de ses chocs olfactifs, surtout celui qui l'enveloppait en arrivant en vacances en Corse. Elle aimait la senteur de l'immortelle.

     

     

          
          http://www.florilab.fr/professionnels/helichrysum.html 

     

     

    Elle décide donc de créer des parfums. Comme " elle dit " ce sera une architecture olfactive. Elle s'inscrit à l'Isipca (Institut supérieur international du parfum de la cosmétique et de l'arôme alimentaire).  A la fin de ses études, elle fait un stage chez Guerlain. Elle y restera 11 ans. Puis, ce sera un nouveau rendez-vous olfactif chez CARTIER . Sur mesure elle réalisera " le bijou olfactif " dans la grande tradition des commandes spéciales. Elle n'intervient pas dans la création des parfums de la marque. Ce parfum " fait main " naîtra au bout de plusieurs rendez-vous et entretiens.

     

                                                                                              Cartier 5          

                                                          

     

    Mathilde écoute, perçoit, dialogue. Elle prévoit jusqu'à 9  rendez-vous. Elle dessine notre silhouette avec des arômes et incarne notre personnalité. La formule définitive, confidentielle, sera archivée. Le flacon sera précieux et luxueux. Le flacon sublimera l'oeuvre olfactive. La fragrance sera enfermée dans un écrin en cristal de Baccarat taillé à pans coupés, cernés d'or et frappé du blason Maison : 13 rue de la Paix.


                                                                 
               

                               

    Le prix de cette séduction sur mesure sera : 60,000 euros soit $85,000.

     

                                                                           ON ÉCOUTE MATHILDE !

                                                                      

    Avec le développement de l'industrie de masse, ces charges disparurent presque, laissant à des entreprises spécialisées le soin de créer et de fabriquer les effluves de M. et Mme Tout-le-Monde. Or, les fragrances personnalisées permettant à la fois de capter une clientèle prestigieuse et de rétablir une image d'élitisme auprès d'un grand public désabusé, voici que les parfumeurs intégrés reviennent au cœur du luxe. Parmi cette poignée d'auteurs très privés, la talentueuse Mathilde Laurent (elle est née le jour de la Saint-Parfait) œuvre chez Cartier. Dévolue, comme ses prédécesseurs avant-hier, aux parfums sur mesure proposés à quelques acheteurs très favorisés, seigneurs et princesses d'Orient, crésus chinois ou américains, grandes fortunes françaises, elle nous raconte sa pratique. CHEZ CARTIER, MATHILDE, NOUS EN FAIT VOIR DE TOUTES LES ODEURS.

    Parfumeur pour milliardaires, est-ce une vocation?

    Non. Je ne suis pas particulièrement fascinée par l'argent et la puissance! Mais j'adore la parfumerie et j'adore les gens. J'aurais pu devenir photographe: pour moi, toutes les odeurs sont visuelles. Je me souviens ainsi de mes étés en Corse chez ma grand-mère: dès qu'on atterrissait à Bastia, les odeurs du maquis, mélangées à la chaleur et à la lumière, nous explosaient au nez. J'avais quoi ? 4, 5 ans ? L'image est aussi forte, aussi cadrée que le souvenir olfactif. J'avais aussi l'habitude de renifler tout ce qui passait à ma portée: les tartines que me préparait mon autre mamie à Paris, les parfums sur les dames, les fruits au marché. Jusqu'à ce que, au tournant du bac, j'entende parler de l'Isipca, seule école de parfumerie indépendante en France, que j'ai alors décidé de rejoindre.

    Avant d'aller chez Cartier, vous étiez chez Guerlain. Comment y êtes-vous entrée?

    Je suis arrivée chez Guerlain sur un coup de culot parce que j'avais besoin d'un stage de fin d'études. Lors d'une réception à l'école, à laquelle assistait Jean-Paul Guerlain, je l'ai attaqué bille en tête, deux flûtes de champagne à la main, en lui demandant de me prendre. Et il a accepté! A la fin de mon stage, il m'a proposé un CDI. Guerlain, à l'époque, c'était comme l'atelier d'un grand peintre de la Renaissance: le maître imaginait les lignes olfactives et dessinait leurs ébauches, puis l'élève souvent terminait le travail. En 1998, j'ai signé ma première réalisation en nom propre: Pamplelune, une des Aqua allegoria initiales. Jean-Paul m'a alors présenté comme son successeur. Ce qui était peut-être trop et trop tôt. En tout cas, ça a fait naître suffisamment de stress. Puis Cartier m'a contactée, sans doute intéressé par un profil proche de ce qu'il recherchait. A l'usine Guerlain, je m'occupais en effet aussi du contrôle des matières premières et du suivi de la fabrication, ce qui est indispensable quand on appartient à une entreprise manufacturant ses propres produits.

    Comment crée-t-on un parfum sur mesure?

    Ça commence par un entretien d'environ trois heures avec le client. Le premier a été le président des parfums Cartier, Bernard Fornas. Ces rencontres, avec des gens de toutes origines et de tout âge, ont lieu dans un salon du 13, rue de la Paix, et en tête à tête, parce qu'on arrive vite à des choses assez intimes. Là, selon la nature de la personne, j'ai deux méthodes: soit elle est détendue, et je pose des questions émotionnelles (genre «Vous souvenez-vous des odeurs de votre enfance?»), soit elle est plutôt fermée, et, dans ce cas, je reste très factuelle («Préférez-vous l'eau de toilette ou l'extrait?», etc.). Après cette première étape, j'en sais assez pour courir dare-dare à mon bureau lancer mes idées. Un jour, l'un de ces clients, venu du golfe Persique, ne cessait de mâcher de drôles de cailloux pendant la conversation. Il m'explique que ce sont des larmes d'encens. Formidable! J'ai illico travaillé une note encens-cuir. Lors de la seconde rencontre, on commence à sentir mes propositions (au moins deux, c'est important d'offrir un vrai choix) et des matières premières, les meilleures du monde. Si tout va bien, on n'aura plus besoin que d'une ou deux autres réunions. Sinon, ça peut aller jusqu'à dix! Le tout dure environ un an.

     

     

                      

             

     


     

     

                                 

                                   


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique