• La maison Worth

     

     

     

                       

           

     

                                                                                           

        

    Si Paris a conservé jusqu'à ce jour ses titres à la maîtrise de la haute couture, il le doit, entre autres qualités, à sa capacité de donner leur chance aux talents venus de l'étranger. En ce domaine, le premier et le plus célèbre fut un Britannique, Charles Frédéric Worth, qui quitta en 1846 Londres pour Paris, où il travailla d'abord dans le commerce des étoffes, s'exerçant à tailler des robes pour sa femme Marie, avant de fonder sa propre affaire en 1858 et de s'installer 7 rue de la Paix, non loin de l'Opéra.

     

     

     

                                                                                                            1825-1895

                                       

     

                                                                                   

       

        Une invention de Worth .

       Le rythme saisonnier des collections.

      Mannequins vivants.

      Worth la 1ère maison de haute-couture 1858

      Si vous aimez la lecture : Dans " L'espace d'une vie " de Barbara Taylor Bradford , on parle

      de Worth. Adèle demande à Emma son opinion sur une robe.. et oui de Worth à la page 161

      du  Livre de Poche.

       

              WORTH  1923 

       

                                                                                   

                                                                                                   ETIQUETTES  WORTH

       

             

                                                                                               

       La contribution majeure de Worth à la couture ne réside pas dans une conception révolutionnaire du vêtement féminin, mais plutôt dans un remarquable sens du commerce, qui lui permet de transformer la couture en une industrie de luxe. Il est le premier, en effet, à comprendre qu’il est essentiel de vendre ses modèles bien au-dessus de leur prix de revient, tout en favorisant une mode ostentatoire et luxueuse qui correspond bien aux aspirations de sa clientèle. Il reçoit sa clientèle dans de vastes salons à l’allure de salles de bal, où il montre ses modèles et présente ses collections saisonnières sur de vrais mannequins.

       
       

                                                                    

       

      Worth eut l'idée de présenter ses créations à ses clientes  en premier lieu, la princesse de Metternich et l'impératrice Eugénie  en les faisant porter par des mannequins en chair et en os. Le défilé de mode, inséparable aujourd'hui de l'idée même de collection, était né. C'est à Charles Frédéric, puis à son fils Gaston, qu'on doit également l'organisation de la chambre syndicale de la couture parisienne, notamment l'énoncé des critères qui font du créateur un " couturier", le calendrier saisonnier des collections et l'enregistrement des robes sur un fichier, avec croquis du modèle et échantillon du tissu.




                                         

                                                  

                                         Hôtel Worth (sous Jean-Charles fils de Gaston).

                                83 rue de Longchamp

                                Neuilly

                               Jean Filder 1932  architecte

       

       Charles-Frederic Worth est né à Bourne (Lincolnshire) Angleterre, en 1825.

      Il part pour Paris en 1846 et installe sa maison de couture au 7 rue de la Paix près de l'Opéra

      en 1858.

      Il épouse Marie Vernet. Il faisait la couture pour elle.

      Il sera le couturier attitré de l'Impératrice Eugénie.

      On traverse l'Atlantique pour venir s'habiller chez Worth.

      Il a eu 2 fils  :  Jean-Philippe et Gaston.

      Gaston (qui s'occupera de ses finances). Gaston a eu 2 fils et 3 filles : 

      Jean-Charles qui a eu 1 fille et Jacques qui a eu 4 enfants : Roger, Hélène, Maurice et Gérard.

      Un grand merci à Marielle la fille de Roger qui a eu l'amabilité de me fournir des

      renseignements exacts sur la généalogie Worth.

      Jean-Philippe (qui s'occupera de la création)  Jean-Philippe a eu 1 fille. Il s'est retiré en 1910.

       

      Jean-Charles,  fils de Gaston prend la succession avec son frère Jacques.

      En 1922,  Jacques lance la parfumerie. Deux de ses amis l'aideront :

      dont Maurice Blanchet parfumeur et Lalique maître verrier.

      La maison de couture sera achetée en 1954 par la maison Paquin (maison qui datait de 1869).

      La maison fermera ses portes en 1956.

      Mais il y a toujours une succursale à Londres.

      Heureusement la parfumerie opère toujours malgré les problèmes et les années.

       

       

           

       

       

       

       

       

       

      .

       

       1925     Dans la nuit 

      1925     Vers le Jour 

      1932     Je reviens

      1945     Requête

      1973     Fleurs fraîches

      1977     Miss Worth

      1985     Dans la nuit  (ré-édition)

      1986     Je Reviens (ré-édition)

       

       

       

       

                                                                         LA MAISON SE TROUVE PLUS HAUT QUE LA SEINE

       En 1867, l'architecte Denis Darcy achève la construction d'une des propriétés les plus extravagantes de Suresnes : la demeure Worth.

      S'étalant sur plus de 15,000 m2, elle associait la théâtralité dans les espaces privés (habitat et jardins), à une relative austérité en façade, non sans rappeler les châteaux médiévaux et les palais florentins de la renaissance.

      L'originalité de son décor relève du courant artistique,  réunissant les influences des siècles passés.

      En se promenant dans l'immense jardin irrégulier et pittoresque aux pelouses accidentées, on découvrait un décor fait de ruines tels les tableaux d'Hubert Robert. Cette esthétique de la ruine associée à une nature recomposée pour marquer l'action destructrice du temps, remontait au XVIIIe s. avec la tradition des fabriques.

      On pouvait découvrir au détour d'une allée des sculptures du Château des Tuileries (après sa destruction par la Commune), ornant les bosquets, les pavillons et les cascades.

      Les serres accueillaient des essences exotiques, témoignant d'un intérêt renouvelé pour l'évasion.

      De cette propriété, seuls subsistent le pavillon d'entrée avec sa grille-porte surmontée de deux escargots qui furent l'emblème du couturier, ainsi que le pavillon de style anglo- normand construit en 1872. La demeure et le parc ont été détuits dans les années trente pour y construire l'hôpital Foch.

          

       

       

                         

                                                                                          DANS LA NUIT DE WORTH  1925

                                          

       

      .

       Les parfums de Worth sortent presque tous d'une délicieuse histoire d'amour;  la traduction, morceau par morceau, d'un texte anglais : "Dans la nuit", juste avant l'aurore, parce que je ne puis supporter de te dire au revoir, "Je reviens vers toi"... puis "Vers le jour", "Sans adieu"... "Je reviens", un parfum du souvenir, de l'attente, magnifié par un parfum très fleuri (jasmin, fleur d'oranger, narcisse, jonquille) et chaud (santal, vétiver, musc).

       

                       Il a été réédité en 1986                                               Parfum floral-aldéhydé. 1932

       

                      

       

                            C'est le parfum de la séduction. Il a une personnalité puissante,

                       fraîche, fleurie et chaude.

                       Ce fut un succès mondial.

                       Les notes de tête          jasmin, fleur d'oranger, rose, ylang-ylang ,aldéhydes.

                       Les notes de coeur        narcisse, jonquille, jacinthe, tubéreuse.

                       Les notes de fond          violette, santal, vétiver, musc, ambre

                       Le nez :  Maurice Blanchet

       

                                      Jasmin                    

       

              

       

       

       

       

       

                                                    

                                                                                         JE POSSÈDE CE FLACON  24-04-07
                                                                                           LE FLACON EST GRAVÉ WORTH
        
                                  
         

                                                                   JE POSSÈDE CE FLACON 11-05-07

       Dans un film de Louis de Funès "Rabbi Jacob",

      la femme de Jacob lui demande de rapporter "Je reviens".  

                                       


                                  

                              

                                         

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

                                                                     





          

       

                                                                  







             
                            

       

                                                                                                                
                       

                                                                                     

     

     

                            

               

                                                              

                 

                                                         

                 

     

                                                                 

     

           

                                                 

                                        

                                                                         

     

     

     

                                              

                                       

                                  

     

     

                                  

                                         

     

     

                

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    visiteur_marolaos@ya
    Mardi 29 Juillet 2008 à 14:27
    merci de bien vouloir corriger votre genealogie - Jean-Philippe n'a eu qu'une seule fille. Gaston a eu 2 fils:Jean-Charles et Jacques et 3 filles.
    Jean-Charles a eu une fille. Jacques a eu 4 enfants: Roger, Helene, Maurice et Gerard.
    Merci de votre site tres interessant
    Marielle Worth fille de Roger
    2
    Olivia52
    Samedi 17 Janvier 2015 à 18:54
    Bonjour. Jean-Charles Worth a eu 4 enfants : 1 fils et 3 filles. Jean-Jacques, Marie-France, Marie-José et Marie-Pierre. Marie-José était ma mère. La propriété de Charles Frederick Worth à Suresnes, a été entièrement détruite et n'en subsiste effectivement que le portail. La maison de style anglo-normand a été construite bien après par Gaston Worth, tandis que son frère Jean-Phillipe en faisait construire une quasi identique sur les bords du Léman. Cordialement
    3
    Olivia52
    Samedi 17 Janvier 2015 à 19:28
    Bonjour. Jean-Charles Worth, mon grand-père a quitté la maison Worth en 1935. C'est son frère Jacques et son fils Roger qui ont alors dirigé la maison, Jacques en tant que financier (et aussi instigateur de nombreuses nouveautés dans la maison comme une collection dessinée spécialement pour le sport, notamment le tennis car il était lui-même champion de France de tennis en double avec Decugis) et Roger en tant que créateur. Plus tard, c'est Maurice, un autre fils de Jacques qui a dirigé l'entreprise avec Roger. Jusqu'à la vente à Paquin, il y a eu encore de somptueuses créations. D'autres parfums ont été créé par ce team Imprudence, Requête, entre autres. La famille a encore été impliquée dans la création des parfums, Frédéric Worth, notamment, mais aussi ses oncles Maurice et Gérard avec Monsieur Blanchet propriétaire de Coryse Salomé. Il y a eu Fleurs fraîches, Miss Worth, Monsieur Worth. Aujourd'hui ces parfums appartiennent à Dilesh Meta, un indien qui vit en Angleterre qui possède d'autres marques de parfum. La marque Worth couture a été rachetée par un anglais. Il y a quelques années ces deux acheteurs se sont joints avec un styliste italien, Giovanni Bedin, pour recréer une mode selon Worth. Il y a eu plusieurs collections jusqu'en 2012 et aussi du prêt-à-porter. Je ne sais pas ce que ça devient. Mais j'ai des photos et des documents si vous voulez mettre votre site à jour. Cordialement.
      • Luca
        Vendredi 1er Avril 2016 à 14:50

        Bonjour, je suis en train de faire une recherche sur Jean-Philippe Worth. Est-ce qu'il y a la possibilité de vous contacter par mail.

        Bien cordialement

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :