• Les parfums Grès






                                                  
                                                                                   1903-1993
                                         
    Connaissez-vous Madame Grès ? Née en 1903 à Paris sous le nom de Germaine Emilie Krebs, cette créatrice de mode, ouvre sa propre maison de couture à Paris en 1941 sous le nom de Grès. Dès lors, elle met au point une technique singulière de coupe autour du drapé dit « à l’antique ». Jamais au cours de sa carrière elle ne cessera d’affirmer sa passion pour les drapés, sous toutes leurs formes. Avec pour matière de prédilection le jersey, Madame Grès sculpte des modèles parfaits, toujours d’actualité en dépit de leur âge.
    Pour la première fois en France, l’exposition rassemble une partie de la collection personnelle de la créatrice. Des prototypes de défilés qu’elle conservait précieusement. Militante des années de la sauvegarde de la haute couture, face à un prêt-à-porter émergent et florissant, l’élégance s’exprime selon elle à travers l’artisanat d’art, le sur-mesure et le raffinement individuel pour chacune de ses clientes. Son mari, Serge Czerefkov, sa fille, Anne.

    Elle lancera plusieurs grands parfums : Cabochard, Cabotine ou Grès pour Homme.

    L'exposition réalisée au Musée de Bourgoin-Jallieu met en scène 70 modèles sur les 250 pièces préservées par Jacques Esterel. Tenues de ville ou de plage, robes de cocktail ou du soir, ces toilettes sont présentées sur des mannequins de craft ou de mousse, conçues aux mesures intérieures de chaque vêtement.

    Cinq spécialistes ont participé au "mannequinage" assistés par une quarantaine de jeunes stagiaires, à la suite d'un partenariat avec deux classes de BTS et CAP "matériaux souples" et "couture floue" des lycées de Grenoble et de Bourgoin-Jallieu. Ont également aidé à cette exposition d'anciennes ouvrières ou mannequins, toujours heureuses d'évoquer leur maison. 


    QUELQUES DATES
    1903 : Naissance de Germaine Émilie Krebs à Paris
    1935 : Premiers costumes pour le théâtre : La guerre de trois n’aura pas lieu de Jean Giraudoux
    1937 : Prix de la Haute Couture, Exposition Universelle de Paris
    1941 : Installation d’un nouveau salon de couture rue de la Paix à Paris
    1959 : Lancement de cabochard, le premier parfum
    1984 : Vente de la maison à Bernard tapie
    1986 : Cession de la maison au groupe Jacques Esterel
    1993 : Décès de Madame Grès

     


                                                                      Madame Grès, entre ombre et lumière (rétrospective)

                                                                                                      NOV. 2004 -  2005  

     Musée de Bourgoin – Jallieu 17 rue Victor Hugo
    38300 Bourgoin – Jallieu 

    En 1941, elle ouvre sa propre maison sous le nom de Grès (quasi anagramme du prénom de son mari, Serge Czerefkov). Très discrète, fuyant toute mondanité, elle consacre son énergie et son talent à la création de toilettes raffinées et élégantes, à la ligne fluide épousant les mouvements du corps. Le textile joue un rôle primordial et le jersey de soie devient son matériau de prédilection.

    Après la guerre, la maison de couture reprend son activité. Madame Grès suit de près l'évolution de la mode mais rien ne viendra perturber sa créativité, ni les innovations de Pierre Cardin en 1960, ni celles de Courrèges ou d'Emmanuel Ungaro, ni le nouveau concept de "créateur de mode" dans les années 70, illustré par Thierry Mugler, Claude Montana ou Jean-Paul Gaultier, ni dans les années 80 avec l'arrivée de stylistes japonais comme Kenzo.Elle traverse quarante années de mode, toujours en quête de son style personnel et d'une forme d'élégance qui n'appartient qu'à elle.

                                                                  
    Le pli Grès doit son nom, bien évidemment, à Madame Grès (1903-1993) créatrice curieusement mal-connue en France, alors qu'elle était citée parmi les 5 plus grands créateurs de Haute Couture à l'étranger. Madame Grès a eu l'idée de demander aux fabricants une étoffe en jersey de soie, ce qui n'existait pas auparavant. Avec ce textile lourd et souple, elle produisit également des robes d'inspiration antique, aux drapés ingénieux et osés

                                                                               
                                                                                                         MADAME ALIX GRES 

                                                                             

    En 1934, à l'Exposition Universelle à Paris, elle obtient le premier prix de la Haute Couture.

    " Je voulais être sculpteur pour moi c'est la même chose de travailler le tissu ou la pierre" .
    et c'est d'une vocation contrariée que Germaine Emilie Krebs, se lance en 1934, sous le nom d'Alix, dans la création de "toiles", prototypes de robes, vendues à des commissionnaires. Elle entre ensuite comme modéliste chez l'une de ses amies et signe les costumes de la pièce de Jean Giraudoux, "La Guerre de Troyes n'aura pas lieu". Elle en créera également pour d'autres pièces de théâtre.C'est à cette époque qu'elle réalise les premiers drapés qui feront son succès, utilisant des jerseys spécialement réalisés pour elle, en grande largeur.

                   

                  JACQUELINE KENNEDY EN GRÈS 1962
         

    Ses toilettes restent intemporelles comme les œuvres de grands artistes. Elle reçoit entre autres nominations ou distinctions, en 1976, pour sa première édition, le Dé d'Or de la haute couture, créé à cette occasion par le joaillier Cartier, qui lui sera remis par Jean-Claude Brialy, à l'occasion de sa collection automne-hiver 76-77. Ses modèles séduisent toujours autant mais sa façon de travailler et de diriger sa maison, refusant toute création et diffusion autres que les modèles de haute couture alors que le prêt à porter triomphe, la mène à des difficultés financières grandissantes. En 1984, elle cède sa maison à Bernard Tapie qui la revend à Jacques Esterel, grâce à qui ce qui restait des modèles de la collection personnelle de Madame Grès n'a pas été dispersé.On vient seulement d’apprendre la mort de Madame Grès, grande dame de la couture, survenue le 24 novembre 1993, à l’âge de quatre-vingt-dix ans, dans une maison de retraite du Var. Sa fille, Anne Grès, s’est refusée à annoncer le décès, car c’était « un secret d’amour ». « Le Monde » de mercredi rapportait ses propos : « A part Pierre Cardin et Hubert de Givenchy qui ont essayé de l’aider, (les gens de la profession) l’ont tous lâchée. Sa mort ? Personne ne saura. Sauf  les gens qui l’aiment. » 
    Elle s'est éteinte dans le plus parfait anonymat.     Journal Le Monde.

    Le monde de la haute couture et de la mode n'apprendra sa mort qu'un an plus tard. 

                                                           



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :