• Décès de Jacques Courtin fondateur de Clarins

    Clarins s'envole, spéculations après le décès de son fondateur
    23/03/2007

    PARIS (Reuters) - Clarins s'envole en Bourse vendredi, l'annonce du décès de son fondateur Jacques Courtin ayant déclenché les traditionnelles spéculations sur l'avenir du groupe de cosmétiques, contrôlé par la famille.

    Cependant, les analystes doutent que ces spéculations soient fondées dans ce cas précis et Clarins a déclaré de son côté que ce décès n'avait aucune implication sur le capital du groupe.

    Jacques Courtin, qui a fondé Clarins en 1954, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 84 ans, a annoncé une porte-parole du groupe. Il était encore président du conseil de surveillance, mais avait passé la main en 2000 à son fils aîné Christian, actuel P-DG, pour la gestion au jour le jour.

    Vers 15h40, l'action affiche la plus forte hausse du SRD, avec un gain de 7,71% à 61,31 euros, après avoir pris jusqu'à 10% juste après l'annonce, dans un volume de 336.000 pièces.

    "Comme à chaque fois qu'il y a des interrogations sur l'avenir d'une société, la mort du fondateur a déclenché des spéculations", commente un trader parisien. Un autre fait état de spéculations selon lesquelles L'Oréal serait intéressé par le groupe.

    Une analyste souligne toutefois que les questions de succession ont déjà été réglées au sein de la famille et note que les deux fils du fondateurs sont aux commandes du groupe.

    "Le président (du directoire) et le DG sont les fils (de Jacques Courtin). Ils sont donc investis au niveau opérationnel et semblent plutôt protecteurs de la société", dit-elle. "De plus, les problèmes de succession au niveau du capital ont été anticipés."

    "Je n'ai donc pas l'impression que ces rumeurs soient fondées. Ceci dit, ce type de spéculation est typique des marchés lorsqu'un dirigeant ou un actionnaire meurt."

    Selon une déclaration de la société du 21 février, Jacques Courtin détenait directement près de 0,4% du capital. La famille, qui contrôle 65% du capital et près de 76% des droits de vote, avait remanié ce contrôle en apportant 2,5 millions d'actions qu'il détenait à la holding familiale Financière FC.

    Interrogé sur les raisons de ce remaniement la semaine dernière, Olivier Courtin-Clarins, deuxième fils de Jacques et directeur général du groupe, avait déclaré que cette opération entrait dans le cadre de la gestion normale des questions de succession.

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :