•  

                      

              

                     Farina 3

                                                                                                                JEAN-MARIE FARINA

    Dans une lettre qu’il écrivit en 1708, Jean Marie Farina décrivit son nouveau parfum ainsi : « Mon parfum fait penser à une belle matinée printanière après la pluie; une composition d’oranges, citrons, pamplemousse, bergamotte, de fleurs et fruits de mon pays natal.

                       Farina 2

                                                                                                                              EN 1709

                                                  

                             Eau de cologne farina

     

                             Farina

                                             

                                                                                                   ROGER & GALLET AUJOURD'HUI

    En 1695, Giovanni Paolo Feminis reçoit le secret d’une formule extraordinaire, une Eau aux vertus curatives et thérapeutiques, l’Eau Admirable dite Aqua Mirabilis . Secondé par son neveu Giovanni Maria Farina, ces deux artisans installés à Cologne, en Allemagne, vont commercialiser dès 1709 une eau légère et citronnée semblable à celles utilisées dans leur pays natal pour soigner les maux de ventre, les migraines, les rages de dents, les attaques d’apoplexie et les chagrins d’amour. Le mode d’emploi est très simple : il suffit de verser quelques gouttes de cette Aqua Mirabilis dans le vin, l’eau ou la soupe. Elle est aussi utilisée en applications locales pour calmer les inflammations de la peau.

     

               Farina 5

                                                    LE ROULEAU DE L'EMPEREUR

    Farina en consigne très précisément la formule et l’Eau merveilleuse peut alors commencer une carrière prometteuse. La faculté de médecine de Cologne  en établit le brevet en 1727 sous le nom d’ Eau de Cologne. En 1806, Jean-Marie Farina, héritier de la formule, s’installe comme parfumeur à Paris, rue Saint-Honoré. Les plus grandes Cours d’Europe se fournissent chez lui. Napoléon en est un inconditionnel, il en faisait une consommation immodérée, il en buvait autant qu’il s’en aspergeait. A son attention, Joséphine et Marie-Louise feront confectionner un flacon unique ayant la particularité de se loger dans ses bottes : le rouleau de l'Empereur. 1840 Léonce Collas succède à Jean-Marie Farina. 1862 Armand ROGER, inventeur, et Charles GALLET, banquier, cousins des Collas, unissent leur nom et créent la Maison ROGER et GALLET, détentrice de la formule originale de l’Eau de Cologne Jean-Marie Farina devenue depuis : l’Eau de Cologne extra-vieille. Recherche et créativité seront leurs maîtres mots, ils moderniseront l’univers de la parfumerie par les innovations olfactives et la création de lignes de parfumerie. Précurseurs de la cosmétique moderne, ils sont à l’origine des premières lignes de soins et de maquillage (poudre de riz, sticks à lèvres, etc.) et renouvellent l’Art de la toilette. Ils créèrent le premier savon rond parfumé à la violette en 1879.

               Farina cimetière melaten cologne

    C'est en avril 1862 que Armand Roger et Charles Gallet reprennent la Maison Jean Marie Farina, inventeur de l'Eau de Cologne, et lui donnent le nom qui lui restera Roger&Gallet. Ils créent alors toutes sortes d'Eau de Cologne parfumées, qui auront les honneurs des plus grands de la Cour. Puis, à la fin du XIXè siècle, Roger & Gallet révolutionne l'univers de la cosmétique avec les savons.
    Les savons sont  habillés d'un papier de soie et personnalisés par une bague. Ce savoir-faire se perpétue encore aujourd'hui. C'est d'ailleurs le produit le plus connu aujourd'hui quand on cite cette marque. Plus récemment, Roger&Gallet a créé des gels douche, des laits corporels, shampooing.

     

                                                                                     

                                                                                               

     

                                                                               Farina eau extra-vielleroger & gallet

     

     

                                                                                     

     

                                                                             Lavande royale          

     

     

    Le premier savon rond de l'univers de la cosmétique, né en 1879, est aujourd'hui encore fabriqué selon la méthode traditionnelle. Le papier de soie est orné de la fameuse bague dorée.

     

                                                                                 

     

     

                                                                                                         

    Si l’usine à vapeur  de Levallois, qui réalisa les premiers savons Roger & Gallet à la fin du XIXe siècle, n’existe plus depuis les années 1960, c’est en Normandie, dans le petit village de Bernay, que la tradition perdure. Là, se trouve l’une des deux dernières savonneries de France. Et un vrai savoir-faire qui permet de continuer à fabriquer des savons selon la méthode dite  au chaudron . Des chaudrons, aujourd’hui certes remplacés par des cuves plus modernes, mais cependant toujours recouvertes de toile de jute d’où s’échappent les vapeurs de cuisson. C’est dans ces cuves que cuit à feu doux la base lavante des futurs savons. Une mousse onctueuse et aérée constituée d’huiles végétales, de soude, d’eau et de sel fin, un mélange qui permet de parvenir à une réaction chimique, dite de saponification. Selon la couleur, les vagues de cette pâte, le savonnier rajoute du sel, parfois de l’eau. C’est l’expérience, l’oeil, qui permet de déterminer si la base lavante est satisfaisante. L’opération dure de quatre à cinq jours. Véritable matière vivante, la pâte repose ensuite durant quarante-huit heures et passe alors d’une teinte crème à un aspect plus caramel. Elle se solidifie légèrement aussi.

          

    Ce qui fait également qu’un savon Roger & Gallet n’est pas un savon comme les autres, c’est qu’il est « parfumé au coeur ». Une technique particulière qui lui permet de demeurer odorant tout au long de sa vie, contrairement à des savons concurrents juste enrobés d’un parfum qui disparaîtra au fur et à mesure de leur utilisation. Chez Roger & Gallet, développer des senteurs toujours plus recherchées est une tradition. À la célèbre violette du XIXe siècle, ont succédé – au rang des best-sellers – les senteurs de tilleul, de santal et l’intemporel « Jean-Marie Farina » dont le catalogue de produits entrait chez Roger & Gallet en 1884. Pour toutes ces fragrances, le challenge à relever est à chaque fois le même : trouver l’essence la plus proche de la solution alcoolique du parfum, pour l’instiller sous forme de concentré dans le savon qui sera associé à l’eau de toilette. Opération d’autant plus délicate que ce concentré doit résister à l’eau, indissociable à l’utilisation d’un savon. Vingt-deux senteurs différentes ont été ainsi développées, Lotus bleu, Cédrat, Thé vert ou Rose Thé. Pour toutes ces gammes, Roger & Gallet crée un concentré de parfum pour savon dont la stabilité d’odeur sera garantie, ainsi que la couleur crème : la maison se faisant un point d’honneur à ne pas utiliser de colorants.

     

                                                                                                

     

    À VISITER :        http://www.roger-gallet.com/

     

     

                 

     


           

     

                                          

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique