•  

     

     

     

     

                                  

                                      

                                                    

                                        

     

                                                      NUIT ÉTOILÉE AU BENGALE

                                                                               1997

     

                                                 

                                          

     

     

    JE  SUIS  L'INSTRUMENT  OLFACTIF  D'UNE  MARQUE.

     

                                               

                                  

    CHRISTINE NAGEL, Créatrice de parfums



    Après des études de chimie organique, Christine Nagel entre chez Firmenich à Genève. Elle y fait de la recherche, puis se spécialise dans le décryptage de formules. C'est là qu'elle découvre le métier de parfumeur : une passion est née. Elle passe ensuite onze ans chez Créations Aromatiques, toujours en Suisse. Un maître charismatique lui apprend l'art et la technique de la composition de parfums et lui permet de signer ses premières créations, notamment pour le marché italien. Elle considère qu'un parfumeur est avant tout une " éponge " capable de s'imprégner d'un univers. " Nous sommes là pour retranscrire ce qu'un couturier, un joaillier ou un artiste mettent dans leur art " affirme-t-elle. La capacité d'émerveillement et la nature profondément positive de Christine Nagel la rendent particulièrement sensible aux belles histoires. De plus en plus sollicitée, elle est engagée par Quest en 1998 pour se lancer dans l'aventure de la parfumerie fine, et s'installe à Paris avec sa famille. Elle consacre dès lors toute son énergie et sa capacité d'écoute à la parfumerie. Son secret ? " Une vision macroscopique sur des choses microscopiques ". Elle est notamment la créatrice de Balthazar, le parfum du Bon Marché, Theorema de Fendi, Private Collection d'Armani, With love de Guerlain et Versace Woman. Son premier parfum sera pour Baccarat. Baccarat a pris naissance en Lorraine en 1764.


     
    1998  Nuit étoilée au Bengale   Baccarat

     

    1998  Theorema  pour  Fendi

     

    1999  Un certain été à Livadia   Baccarat

     

    2000  Le premier parfum de Mauboussin

     

    Elle a reçu une reconnaissance " FIFI AWARDS " pour le parfum  Narciso Rodriguez  en 2003.

     

    Suivront  : Versace Woman, Givenchy Eau Torride, Mémoire d 'Homme Ricci,

    Armani Privé Ambre, With love Guerlain  2005,  Thierry Mugler Angel Lily et Délices de Cartier en

    2006.

     

    C'est elle qui dit : Un parfum est architecture. Cela prend une association d'idées et une grande maîtrise technique.Il faut retranscrire par une odeur ce que les clients ont décrit avec leurs mots et leurs images. Pour crée un parfum cela peut prendre 3 jours, comme 3 ans. Elle dira : je suis l'instrument olfactif d'une marque. Quand la personne porte le parfum , elle le transmet . Cela crée une boule de neige.

     

                                                                     

     

     

                                                    LE  NEZ  2007

     

     

    Après Sophie Labbé en 2005 et Lorenzo Villoresi en 2006, c'est au tour de Christine Nagel d'être proclamée meilleur "nez" de l'année 2007. La jeune femme vient de recevoir le Prix International du Parfum lors des Rencontres de la Cosmetic Valley à Chartres. Le Trophée Lalique lui a été remis par le président du jury Jacques Séguéla.

                            LE  7  NOVEMBRE  À  L'HÔTEL  DE  VILLE  DE  CHARTRES ! 

    Succédant au Prix Coty, créé en 2000 par Nicolas de Barry, le Prix International du Parfum est aujourd'hui décerné par la Cosmetic Valley. Labellisée pôle de compétivité par l'Etat français en 2005, la Cosmetic Valley regroupe plus de 140 PME et une dizaine de grandes marques auxquelles viennent s'ajouter quatre universités et une quinzaine d'établissements de formation.

     

     

     

                                                               

                                             

           

     

     

     

     

    Le premier Prix International du Parfum a récompensé la carrière et les talents de la créatrice Christine Nagel. D'origine suisse, chimiste de formation, elle réside à Paris depuis plus de 10 ans et a à son actif de prestigieuses créations : Eau de Cartier, Délice de Cartier, Miss Dior Chérie, The One de Dolce & Gabbana, Narciso Rodriguez for Her pour Shiseido, Lys d'Angel de Mugler, 1 000 et une rose Rose de Lancôme, La trilogie de Baccarat, Ambre soie d'Armani Private.

     

     

     

                             POUR MIEUX CONNAÎTRE CHRISTINE NAGEL !

     

     

                      

     

     

     

    Christine, pouvez-vous m’indiquer votre signe astrologique ?
    Balance, ascendant Scorpion. La souplesse de la balance avec la force du scorpion.

    Pouvez-vous définir votre personnalité en 3 mots ?
    Optimisme, esthétisme, écoute pour mieux donner.

    Avant de devenir parfumeur créateur, quel fut votre Parcours ?
    Mon parcours est atypique. En effet, j’ai débuté chez Firmenich en chimie organique sur des travaux de recherche pendant 5 ans. Puis pendant 4 ans en analyse du marché. J’ai rejoint ensuite Créations Aromatiques où je suis restée 11 ans à Genève. J’ai eu la chance d’être formée par Michel Almairac. Je ne pouvais avoir meilleur professeur. Contactée par Quest pour la parfumerie alcoolique, j’ai accepté la proposition de Monsieur Marti qui m’a assurée que j’allais m’épanouir à Neuilly. Je croyais subir un handicap à Paris, notamment vis à vis des jeunes diplômés ISIPCA. En fait, je découvre avec bonheur que ma fraîcheur de création à Paris est sereine et, de plus elle s’appuie sur un acquis de 20 ans d’expérience et de technique.

    Comment votre vocation est-elle née ?
    Elle est née chez Firmenich sur l’infiniment petit, sur des molécules odorantes tournées vers le futur. Ma formation de parfumeur chez Créations Aromatiques a confirmé pleinement ma vocation.

    Avez-vous eu un Maître en Parfumerie ?
    Sans conteste Michel Almairac, remarquable parfumeur alliant, technique, sensibilité, charisme et pédagogie et Michel Romani, tous deux grassois de souche.

    Avez-vous des matières fétiches ?
    Oui, bien sûr, mais mes goûts évoluent. Je suis fascinée par les ambres et les épices. En ce moment, je m’intéresse beaucoup aux bois et aux molécules de synthèse. Ma démarche consiste à épuiser la matière de fatigue pour la dompter.

    Parmi vos créations personnelles, quelles sont celles dont vous êtes la plus fière ?
    La prochaine.
    J’aime mes parfums comme s’il s’agissait de mes propres enfants. Je les aime pour leur histoire et les rencontres qu’ils ont provoquées. J’amène certes une partie de moi-même mais je suis aussi " l’outil ", l’expression d’une marque et d’une culture.

    Quels sont les parfums qui vous transmettent une véritable émotion ?
    " Bois des îles " parce que cette fragrance possède une magie insaisissable.
    " Féminité du Bois " que je trouve grandiose. J’adore aussi " Opium " pour sa parfaite cohérence avec la marque. Et " Aromatic Elixir " pour sa sensualité troublante. Ces parfums me fascinent car ils font vibrer quelque chose en moi.

    En dehors de la création en parfumerie, quelles sont vos passions avouables ?
    J’adore la peinture, les moments de bonheur et de partage.

    Quelle est votre vision de la Parfumerie du prochain millénaire ?
    Je souhaite voir naître des parfums à vrai caractère et en cohésion avec la marque. Je suis convaincue que le consommateur et prêt à davantage d’audace et de créativité dans la mesure où il est de plus en plus cultivé.

    Si votre sensiblité créative devait se rattacher à un courant pictural, quel est celui que vous choisiriez ?
    Cela va de Seurat à Rothko. Mais c’est l’œuvre elle-même qui crée mon trouble.

     

     

    Propos recueillis par Bernard Bourgois.
     
     

    QUEL  BEAU  PARCOURS. ON  NE  PEUT  QUE  LUI  SOUHAITER  UNE   BONNE CONTINUATION.

     

    ELLE  NOUS  DONNERA  SÛREMENT  DES  PARFUMS  QUI  LUI  SURVIVRONT !

                                                                                                                             

                               


     

                    

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique