•  

     

     

                                                                 

    ROSSY DE PALMA est l'une des actrices fétiches de Pedro Almodóvar. Une rencontre avec Etienne de Swardt, le patron de l'éclectique parfumerie ETAT LIBRE D'ORANGE s'est concrétisée par la création d'un parfum, baptisé EAU DE PROTECTION. Composée par deux parfumeurs Antoine Maisondieu et Antoine Lie (Givaudan). Cette eau-là exprime admirablement la féminité très particulière de l'actrice. Parfum exotique, fleuri et épicé, autour de la rose de Bulgarie avec des notes de gingembre, poivre noir de Madagascar, bergamote, jasmin, benjoin, patchouli, encens et cacao.

     

    Rossy de Palma chez État libre d’Orange. L’idée est réjouissante. Quelque chose qui coule de source, une correspondance évidente des esprits et des sensibilités qui rappelle celle de Jane Birkin avec Miller Harris pour la création de « L’Air de Rien ». Encore un parfum de célébrité, diront les ronchons. Oui, mais une célébrité comme on les aime ! Impliquée, forte en gueule, farfelue, baroque, singulière, pas du genre à signer une licence pour faire sonner la monnaie. Pour elle, État Libre d’Orange a fait une exception : étui et flacon tatoués d’une rose et d’un dragon, bouchon rouge métallisé, des petits détails bien pensés qui s’inscrivent sans fausses notes dans l’esthétique maison. Et puis ce nom, intrigant, qui nous invite à méditer sur les vertus et usages du parfum… Eau de Protection, ça en pose des questions : l’appellation « eau de toilette » a-t’elle encore un sens, est-ce qu’on fait encore « sa toilette » et si oui, avec une eau de toilette ? Le parfum n’est-il rien de plus qu’un avatar de rituels hygiénistes ? Il y a plus de 20 ans (déjà !) Clarins, le premier, posait en filigrane cette question avec son « Eau Dynamisante ».Mieux que de nous parfumer, la fragrance annonçait de nouvelles revendications : énergie, bien-être, le sent-bon qui fait aussi du bien. La recette était épatante, pas mal de marques ont depuis exploré la voie mais peu ont réussi. Pas vraiment validée sur le plan scientifique, pas franchement glamour côté imaginaire de la séduction, vingt ans plus tard, la question de la « fonctionnalité » du parfum n’est toujours pas tranchée et cette Eau de Protection relance le débat. Un sillage pour se protéger, pourquoi pas ? C’est assez joli. Ça tient du clin d’œil autant que du fantasme, c’est poétique avec un brin d’ironie, ça ne se prend pas trop au sérieux mais c’est loin d’être bête !

     

     

    http://www.etatlibredorange.com/

     

                     

     


     

     

                         

     

     

                                                           

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique