• L'essence de Cerruti, pour homme

        

     

     

                                                                                       

     

                                                                              

                           Défilé Jean-Paul Knott

            

     

    Une chemise blanche, un trench, un caban, un pantalon, une robe, c’est le vocabulaire minimal de Jean Paul Knott. Rien de plus exigeant que de travailler au laser une garde-robe à partir de carrés, de la renouveler avec un sens affûté du volume, de l’épure décalée et d’une sensualité percutante d’élégance. Charismatique, le nomade à l’humeur joyeuse et généreuse s’est formé au célèbre FIT de New York (Fashion Institute of Technology). En 1988, il s’ancre pour dix ans dans la belle maison Yves Saint Laurent, prêt-à-porter et haute couture.
    Il n’oublie pas. En 2000, premier défilé dans le calendrier de la Fashion Week de Paris. Dans son nouveau fief bruxellois, le créateur heureux a réuni une famille autour de ses lignes et collaborations fleuves. Boulimique, Jean Paul Knott est sur mille feux. Pour son prêt-à-porter très luxe, Knott Women’s Wear, qu’il baptise de jeux de mots récurrents, il glisse vers des volumes plus arrondis, plus doux, plus fluides, plus allurés. Toujours adepte du modulable, il bascule une robe glamour en une robe Baby Doll, en fait varier la géométrie, comme pour ses vestes baptisées 69. Ses manteaux dérivent réversibles, recto en luxueux cachemire verso velours, à col en vison tricoté. Ses sarouels à fines bretelles se sophistiquent en soie, très chic urbain nonchalant. Et ses imprimés Pollock graphiques dramatisent le vêtement.

     

                                                                                          

     

                                          

                                                        

                                                                

                                                       

                      

    Directeur artistique de la maison italienne Cerruti depuis 2007, le belge Jean Paul Knott signe ici sa première fragrance qui sublime le cuir, véritable identité de la griffe.
    En collaboration avec le grand parfumeur Antoine Lie, créateur entre autres de Contradiction, Armani Code for Men et Paul Smith London for Men, le duo réinterprète cette belle matière et l'associe avec d'autres comme le coton et le cachemire, omniprésents dans toutes les collections de Cerruti.
    La fluidité d'une chemise blanche gonflée dans le vent suggèrant la fraîcheur d'un beau jour d'été est traduite, en tête, par une composition d'hespéridés, d'épices fraîches, cardamome et poivre blanc. Le coeur du parfum est l'apologie du cuir qui, associé à des notes safranées et musquées, apporte clarté et modernité à l'image d'un blouson de peau à la masculinité affirmée.
    Des notes ambrées, benjoin et bois de cèdre viennent envelopper ensuite la fragrance et laissent dans le sillage une empreinte caressante d'un pull de cachemire.
    L'élégance intemporelle de l'Essence de Cerruti se retrouve également dans le flacon dessiné par Jean Paul Knott lui-même. Sobre, droit et texturé par le guillochage du verre et du bouchon en référence au motif chevron, tissu de référence de Cerruti, le flacon est l'incarnation même de la masculinité.
    A la rédaction, on fond littéralement pour ce parfum qui ondule entre le charme français et le raffinement italien. Sensuel et élégant, l'Essence de Cerruti sera le nouveau best-seller de l'histoire de la parfumerie.

    Parfum pour homme 2009.

     

                                                                 

     

                

          


                                               


  • Commentaires

    1
    papillon
    Jeudi 13 Mai 2010 à 15:54
    elle est formidable ébiluisante vraiment c'est irrisistible
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :